Focus sur les charges de copropriété

Conseil de pro

Partager l'article :

Toutes les dépenses engagées pour assurer le fonctionnement, l’entretien ou l’amélioration d’une copropriété font l’objet de charges de copropriété, votées en assemblée et générale et réparties entre les copropriétaires. Explications.

 

image teletravail

3 types de charges de copropriété

Générales, spéciales ou exceptionnelles ? La nature des dépenses concernées conditionne le type de charges engagées, telles que l’article 10 de la loi du 10 juillet 1965 les a définies.

1)    Les charges générales ont vocation à couvrir les dépenses relatives à la conservation, à l’entretien et à l’administration des parties communes de la copropriété.
Par exemple : assurances, honoraires du syndic, prestation de ménage, entretien des espaces verts, enlèvement des ordures ménagères, etc.

2)    Les charges spéciales couvrent les dépenses spécifiques ne concernant qu’une partie des copropriétaires.
Par exemple : entretien des parkings, maintenance de l’ascenseur pour les résidents des étages mais pas ceux du rez-de-chaussée

3)    Les charges exceptionnelles – imprévisibles – sont celles qui ne sont pas inscrites au budget prévisionnel. Il peut s’agir de diagnostics techniques, de travaux de conservation, mais aussi de travaux de rénovation ou d’amélioration de la copropriété.
Par exemple : installation d’un ascenseur, ravalement de la façade, réfection de la cage d’escalier, diagnostic chauffage collectif, etc.

 

 

Un budget voté en assemblée générale

Le rendez-vous incontournable des copropriétaires est leur assemblée générale annuelle. C’est à cette occasion qu’est voté le budget prévisionnel de copropriété élaboré par le Syndic (l’instance rémunérée ou bénévole gérant l’administratif et les finances de la copropriété), en lien avec le Conseil syndical (élu). Ce budget prévisionnel offre une vue d’ensemble des dépenses habituelles de fonctionnement et d’entretien, hors dépenses exceptionnelles.

image teletravail cas pratique

 

image teletravail illustration

Quelles charges pour les locataires ?

Les copropriétaires non occupants répercutent auprès de leurs locataires une partie des charges de copropriété – appelées charges récupérables. Il peut s’agir :

  • de dépenses liées aux services dont bénéficie le locataire, comme l’eau, l’ascenseur, la boîte à colis connectée, etc.
  • de charges d’entretien courant, comme l’entretien des espaces verts ou la réparation du chauffage collectif, etc.
  • de taxes ou redevances relatives à l’enlèvement des ordures ménagères, à l’assainissement, etc.

 

 

À la loupe :
Pourquoi une avance de trésorerie ?

Aucune avance de fonds ne peut être effectuée par le syndic pour le compte des copropriétaires, c‘est la loi qui le dit. Ainsi, pour faire face aux dépenses imprévues ou aux écarts de trésorerie, une avance de trésorerie peut être appelée. Celle-ci, qui peut représenter jusqu’au sixième du budget prévisionnel, vous sera restituée en cas de vente de votre appartement.

 

image teletravail illustration

Le syndic, c’est la clé !

Le syndic joue un rôle essentiel dans la vie et la gestion d’une copropriété. D’où l’importance pour les copropriétaires de bien sélectionner celui qui les représentera et exécutera les décisions prises lors de l’assemblée générale annuelle. Les agences du réseau VIVRE ICI proposent un service de syndic : n’hésitez pas à vous renseigner auprès des professionnels de votre localité ! Vous pouvez également solliciter le simulateur de comparaison de syndics du site INC Conso.

 

 

 

 

Vous recherchez un bien en copropriété : par ici les annonces du réseau VIVRE ICI !

 

 

;